Centre de Chirurgie Orthopédique

et de Médecine du Sport 

Rupture de la coiffe des rotateurs

Une rupture de la coiffe des rotateurs correspond à une désinsertion partielle ou complète d'un ou de plusieurs tendons de son (leurs) site d'insertion sur l'extrémite proximale de l'humérus. 

 

Les ruptures peuvent être d'origine dégénérative, apparaissant avec le temps, ou bien être secondaires à un traumatisme plus ou moins récent. 

 

Dans le cadre d'un traumatisme (chute sur l'épaule ou luxation d'épaule), il s'agira le plus souvent d'un désinsertion complète du tendon. Ce traumatisme s'accompagne d'une douleur aigüe et immédiate et éventuellement d'un hématome. Il s'ensuit une perte de force et de fonction au niveau de l'épaule. Lors d'un tel traumatisme, il est important de consulter une équipe specialisée qui demandera les examens complémentaires adaptés afin d'avoir un diagnostic précis. Lors de tel traumatisme, et en fonction de l'âge et de l'état général du patient, il peut y avoir une indication chirurgicale de réparation de la coiffe des rotateurs. Cette chirurgie doit être au mieux réalisée dans les 3 mois suivant le traumatisme. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Concernant les ruptures dégénératives, il existe une multitude de ruptures possibles. Une rupture est décrite par le ou les tendons atteints, le degré de rétraction du tendon, et l'état du muscle qui est relié au tendon. Chacun de ces éléments devra etre pris en compte lors d'une éventuelle indication de réparation chirurgicale, ainsi que l'âge du patient, ses attentes, et ses antécédents. Ainsi on parlera par exemple de rupture du tendon du sus-épineux présentant une rétraction au somment de la tête humérale, sans dégénérescence graisseuse musculaire associée chez un patient de 65 ans sans antécédents médicaux particuliers. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les réparations chirurgicales de la coiffe des rotateurs se font dans la grande majorité des cas sous arthroscopie. L'intervention consiste à ancrer les tendons sur l'os par l'intermédiaire de fils passés dans les tendons et attachés à des ancres insérées dans l'humérus.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce geste de réinsertion tendineuse est le plus souvent associé à d'autres gestes chirurgicaux. Le tendon du long biceps est, dans la très grande majorité des cas, retiré de l'articulation (ténotomie) et éventuellement refixé à l'extérieur (ténodèse). L'acromion est aussi le plus souvent aminci (acromioplastie).  Un geste concernant l'articulation acromio-claviculaire est aussi réalisé si cette dernière est douloureuse. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans les suites opératoires, il est nécessaire d'immobiliser l'épaule pour une période d'un mois, période pendant laquelle il faut protéger la réparation. Néanmoins, une mobilisation passive est effectuée afin d'éviter une raideur.

 

La cicatrisation tendineuse n'est malheureusement pas obtenue dans 100% des cas. Les chances de cicatrisation sont influencées par les antécédents du patient, son âge, le degré de rétraction tendineuse, ainsi que par l'état du muscle attaché au tendon. 

 

Comme toute les interventions chirurgicales, cette intervention peut présenter des complications, tel qu'une infection ou un échec de cicatrisation. Une autre complication est appelée capsulite rétractile, ou algodystrophie. Cliauez sur le bouton ci dessous pour en savoir plus. 

 

 

 

 

 

Pour plus de détails, venez consulter à ORTHOCENTRE BERRY. Prenez rendez vous au 02.48.68.85.66

 

 

 

 

 

 

 

 

En cas d'Urgences Vitales
appelez le 15